f u n f o r m e

14 avril 2013

La (fameuse) zone de confort

comfort_zone_sm

Pfffiou, en quelques semaines je suis sortie de ma phase de transition, celle là même que j'imaginais durer des lustres. S'y éterniser aurait certainement eu du bon aussi : je suis une fille qui aime être en friches, je sais trop à quel point les vies que l'on mène nous privent de ces moments de rien du tout/ de contemplation/ de rêverie ô combien riches.

Je crois que je n'avais pas compris que j'étais déjà en friches, justement, depuis quelques temps. Je n'avais pas vue que j'étais déjà prête à avancer, qu'il était même grand temps de quitter : quelle bonne surprise alors de rencontrer des gens, faire jouer son "réseau", rêver à un petit virage dans une "carrière" pourtant déjà bien sinueuse et puis se voir proposer le job idéal. Et dire oui, légèrement, sans réaliser vraiment. Quitter ses collègues comme sa famille le jour de ses 18 ans, le visage en larmes, le coeur plein de leurs "on est fiers de toi, si tu savais". Se faire accueillir à bras ouverts dans un petit studio d'animation très chouette, pour y suivre l'écriture d'une série de grande envergure. Etre toujours aussi légère et confiante : ça, ça ne me ressemble pas du tout !

Et puis réaliser soudain que cette confiance a du sens, finalement : l'expérience ! J'ai appris énormément de choses ces dernières années, je le sais bien, mais sortir de mon cocon m'a permis de le comprendre vraiment, de prendre conscience de ma valeur. Le regard de ces gens tout neufs, en face de moi, quand je fais juste mon job, sans trop d'efforts, m'a donné l'ampleur de cette expérience acquise. Et je n'en reviens toujours pas...

Et puis cela arrive comme un clin d'oeil : tandis que je sors de ma zone de confort, c'est Violette que l'on veille à maintenir dans la sienne, elle qui a tellement envie d'être (trop) grande... Et vous savez quoi (je vous passe les problèmes que nous rencontrons...) : ça marche !! Comme si cette petite fille avait voulu avancer trop vite pour pallier mon immobilisme, et qu'en faisant quelques pas en avant j'avais rétabli notre équilibre ; le sien, le mien.

Merci pour tous vos messages ! C'est chouette ce réconfort virtuel-pas si virtuel finalement...

 

Posté par mariaba à 15:25 - Commentaires [9] - Permalien [#]

21 février 2013

Transition

images

Que dire de cette drôle de période ni complètement pourrie (non, ça c'était janvier !), ni complètement super ? L'espace-temps dans lequel j'évolue depuis quelques semaines ressemble étrangement à un sas de décompression, entre un AVANT/sorte d'âge d'or personnel et un APRES/sorte de futur âge d'or fantasmé. Et si on regarde tout ça de plus près, pile, c'est un peu la merde, et face, c'est une certaine liberté et plein de possibles. Le plus chiant, c'est qu'il faut faire avec les 2 faces ; éviter de se lamenter sur l'une et éviter aussi de trop s'extasier sur l'autre.

En fait, c'est un peu comme si j'étais un personnage de Girls, une fille un peu work in progress mais version mère de famille : quelques jours de bureau à la grande-chaîne-de-télé mais en mode peau de chagrin (pôle emploi, merci de ton soutien), de grosses incertitudes professionnelles et du temps libre pour y réfléchir (au point que je rêverais qu'une madame Irma me dise de quoi demain sera fait), des pistes de reconversion qui se profilent mais on va y aller doucement, plein de projets DIY qui font ressembler notre chez nous à un atelier géant d'expérimentations diverses (by the way les bébés chênes se portent à merveille), le trio gagnant de la chômeuse-angoissée qui prend soin d'elle (sophro-yoga-méditation), de chouettes rencontres un peu dingos et des copines loufoques toujours au rdv, une bipolarité savamment cultivée (ben oui, pusqu'on l'est tous un peu d'après nos chers labos, allons-y gaiement !), notamment via un style vestimentaire qui déconcerte un peu tout le monde (il y a yoga day, mais aussi talons chics day, hippie day, girlie day, pyjama day...) mais il faut bien s'adapter à cette nouvelle vie et à ces jours qui se suivent mais ne se ressemblent jamais.

Pourtant, malgré ce gros bordel parfois un peu déprimant, il y a un gimini cricket dans ma poche qui me chuchote que ça va aller, que ça va être drôlement cool et qu'on va tous s'en sortir vivants. Et j'ai envie de le croire. Parce que dans le fond, c'est ça dont il est question : la vie, avec ses remous, mais la vie qui palpite, qui frétille, qui sautille. Le plus dur étant quand même de rassurer ma petite chouquette de fille qui a bien saisi que c'était un peu bizarre en ce moment... Quand il ne s'agit que de soi, on s'en fout de plus avoir de filet de sécurité, mais dès qu'une petite bouille rose pointe son nez dans l'histoire, c'est plus tout à fait la même chose(bordel de merde ce que c'est dur d'être mère ! et puis tout le reste à la fois !).

Allez, à bientôt les gens !

Posté par mariaba à 21:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

PS : des nouvelles des donguris

20130220_170029

Posté par mariaba à 20:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 décembre 2012

団栗 / donguri / gland

Comme Mei, Satsuki et les 3 Totoros, on a l'ambition de faire pousser une forêt de chênes. On commence petit, mais ça pousse : la danse du parapluie nous a certainement aidés...

vlcsnap-2012-06-04-20h22m06s136

P1020470

vlcsnap-2012-06-04-20h22m20s19

 

 

Posté par mariaba à 17:03 - Commentaires [8] - Permalien [#]
31 mai 2012

Mai 2012

mai12

Certes, il a fait froid, mais ça n'est pas ce que j'ai retenu...

Une plante toute con qui s'épanouit sur son marchepied jaune, parce que c'est tout moi : une fille en devenir, qui puise dans la terre et regarde vers le ciel.

Du scotch, parce que selon Violette ça peut tout réparer, vraiment tout (j'adore l'idée)/ premiers tours de manège/ l'ABCD des bruits, pour expliquer les bruits qui font peur/ mes contradictions : pâte à tartiner Orain + lemon curd Vs Jus de bouleau.

Un président tout neuf, une charte, la promesse tenue de la parité : grand moment !/ du dentifrice sans fluor/ un premier ciné toutes les 2, séance spéciale mini pouces.

Et puis des chiffres : 6, parce que 6 heures du mat tous les jours, dur/ 100 : c'est l'âge de ma grand-mère (sur un bateau parce qu'elle est née quasi le jour où a coulé le Titanic)/ 3 : ça se dit un "PACS de froment" ?

Un mois de chiffres, un mois de changements, un mois cool : un mois en babouches ! (ramenées du Maroc par une auxiliaire de la crèche qui voulait me remercier). Et une petite main qui s'est faufilée...

Posté par mariaba à 20:33 - Commentaires [9] - Permalien [#]
09 mai 2012

La vie en jaune

Petit inventaire en jaune, ces objets du quotidien qu'elle aime tout particulièrement...

J'avoue que je préfèrerais qu'on en reste à cette jolie couleur : bof bof le rose (mais bon, j'imagine qu'on va y passer aussi).

Selon Wikipédia, le jaune est le complément du violet (pour une Violette, ça colle bien) et le jaune est aussi associé au père (ça aussi, ça ne m'étonne pas...).

P1020052

Posté par mariaba à 08:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]
30 avril 2012

Avril 2012

photo

Toujours l'éléphant des Machines de l'île, des mitaines pour garder les mains au chaud, 74 bougies soufflées sur un St Honoré (et aussi sur la version pâte à modeler du même gâteau), et puis dans la série "on se contente de ce qu'on a", une passion pour le nano habitat.

Des élections, pile poil à l'heure après un joli WE en Champagne, une photo qui donne des indices insoupçonnés et qui fût une belle surprise après une journée de tri riche en émotions, des bottes jaunes pour une Violette qui ne jure que par cette jolie couleur (et qui fait "ploutch ploutch" dans les flaques).

Gelsemium, merci pour ton aide, et l'aquarium de Paris, malgré son prix d'entrée exhorbitant, a fait la joie de celle qui aurait pu s'appeler Ponyo si son père n'avait pas mis son véto ("le bassin des caresses", où l'on peut plonger ses mains dans un bassin grouillant de poissons qui se laissent toucher a été plus qu'apprécié).

Et enfin "Avril, ne te découvre pas d'un fil" ; j'ajoute "et garde tes pieds bien au sec".

Posté par mariaba à 17:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 mars 2012

Mars 2012

mars12

Un nouvel opérateur qui fonctionne bien mieux que ce que j'imaginais (adieu Orange !)/ une gourmandise qui pique/ Violette et les camions poubelle (elle se précipite à la fenêtre quand elle les entend arriver...), mais aussi les poupons qu'elle câline et qu'elle berce, ses peluches qu'elle enlace (toutes ensemble), qu'elle grandit...

Un être cher (mais bien vieux) qui s'en va (puis un autre décès encore), triste mois de Mars/ 20 cm de cheveux en moins, ça fait du bien de changer/ premier antibio pour Violette, on avait tant bien que mal réussi à faire sans pendant ses 20 premiers mois.

Parfois je me rêve en super héroïne du quotidien/ Pâques qui approche et des lapins partout partout/ Jeanne Added, un super concert, une belle artiste à découvrir (oh sa version de Little red corvette, ou de Stay away de Nirvana, et puis ses morceaux à elle...)/ de quoi tenir le coup en ce mois ce grosse fatigue/ et pourtant il a fait tellement beau que les lunettes de soleil sont sorties (mais là j'ai bien peur qu'elles retournent un peu dans les tiroirs dans les jours qui viennent, brrrr).

Et puis aussi une blogueuse aux doigts d'or et à la plume endiablée qu'il me tarde de rencontrer, des allers-retours en train et des biches, plein de biches le long de la voie de TGV à chaque fois, des émotions de mère, de fille et de soeur, d'amoureuse aussi, tout ça en même temps.

Mes chaussons à pompons, tout à fait dans le ton de ce lent, long mois : pantouflarde !

Posté par mariaba à 18:05 - Commentaires [7] - Permalien [#]


Fin »